CAN-Egypte 2019 : Deux joueurs figurent sur la liste des (25) joueurs présélectionnés par Paul Pût

CAN-Egypte 2019 : Deux joueurs figurent sur la liste des (25) joueurs présélectionnés par Paul Pût

Le sélectionneur du syli national de Guinée; Paul Put vient de publier une liste de 25 joueurs présélectionnés et de 6 suppléants pour préparer la prochaine Coupe d’Afrique des Nations qui se lire plus »

Féguifoot: l’Assemblée Générale Ordinaire se termine dans la sérénité.

Féguifoot: l’Assemblée Générale Ordinaire se termine dans la sérénité.

La fédération guinéenne de football organise ce lundi 27 mai 2019 sa 16ème Assemblée Générale Ordinaire. Cette activité se tient dans la ville de karamoko Alpha Mo Labé que l’activité été officiellement lire plus »

La CAF amadoué par le Sénégal mais la Guinée reste optimiste

La CAF amadoué par le Sénégal mais la Guinée reste optimiste

La Sanction qu’à infligé la CAF à la Guinée, disqualifiant le pays à la coupe du monde des moins de 17 ans qui se tiendra au mois d’octobre prochain au Brésil, ne lire plus »

Ligue 1-Pro:le Horoya AC sacré champion de Guinée 2019

Ligue 1-Pro:le Horoya AC sacré champion de Guinée 2019

Le Horoya AC recevait,ce dimanche au stade du 28 Septembre de Conakry le  Wakriya AC de Boké au compte de la 12ème journée du championnat. Score final 2-0 pour le HAC.Le club lire plus »

 

|POLITIQUE

EN GUINÉE : Les Jeunes Militants des Nouvelles Forces Démocratiques Jettent l’éponge. 

C’est en faveur d’une conférence de presse qu’ils ont animé vendredi 16 aôut 2019 à la maison commune des journalistes que les jeunes militants du parti des Nouvelles Forces  Républicaines NFD ont officiellemnt annoncé  leur démission du parti dirigé par Mouctar Diallo, l’actuel ministre de la Jeunesse et de l’Emploi.

Dans une déclaration qui a sanctionné cette conférence de presse , les désormais  ex-militants de NFC accusent  de leur président, Moctar Diallo,  d’avoir trahit les idéaux du parti en soutenant l’idée de la nouvelle constitution afin de permettre au président Alpha Condé de briguer un 3ème mandant .

 “Nous, membres du Bureau Politique National(BPN) élargie aux différentes fédérations ( section et comité de base) de Ratoma de l’intérieur du pays Fria Tormelin et de Pita Leymiro, de l’extérieur du pays fédération du Sénégal et du Liberia.Statuant sur le discours du président de NFD( Nouvelles Forces Démocratiques) Monsieur Monctar Diallo en date 09/06/2019, concernant l’idée de la modification constitutionnelle ouvrant la voie à une pérennisation du pouvoir au président de la République de Guinée Alpha Condé(…)

Vu que les objectifs des nouvelles Forces démocratiques est de défendre des acquis démocratiques.

Vu que la majorité des responsables des différentes structures n’adhèrent pas à cette décision de soutenir une nouvelle constitution.

Vu que le président des NFD œuvre pour son intérêt personnel qu’à celui du parti et de la nation.

Vu la naïveté de certains cadres du Bureau Politique National (BPN).

Vu que certains membres du BPN sont manipulés, corrompus et complices du président du parti.

Vu que le président Mouctar considère ce parti comme étant sa propre entreprise 

Vu que le président et ses acolytes œuvrent pour une fonte du parti dans le bateau RPG Arc-en-ciel

Vu que dans tout le combat démocratiques est synonyme d’une alternance au pouvoir.

Vu que les dispositions de la constitution de de 2010 limitent le nombres le nombre de mandant à deux et la durée de cinq ans.

Considèrent que le président des NFD Mouctar Diallo a trahit les idéaux du parti et son engagement pour l’instauration d’une véritable démocratie et d’un Etat de droit en Guinée..

Par conséquent, les différents responsables, militants et sympathisants réunis et signataires de la présente déclaration considèrent que cette déclaration de Mouctar Diallo n’engage que lui et seulement lui, et démissionnent officiellement en se retirant de toutes les instances des NFD” a déclaré Hamidou Barry, membre du BPN de NFD.

Mamadouba Camara

Journaliste du Site www.lefolan.com

EN GUINÉE: Le Réseau des Femmes Intègres de Guinée a organisé un grand débat pour l’adoption d’une nouvelle constitution

Le Réseau des Femmes Intègres de Guinée a organisé un grand débat mercredi 06 août 2019 dans un réceptif hôtelier de la place, sous le thème : le rôle et la responsabilité des femmes vers l’adoption d’une nouvelle constitution.

Dans son discours de circonstances, Marie Louis Gomou, présidente du Réseau du Femmes de Guinée a déclaré que ce débat va permettre une avancée démocratique en Guinée. 

“ Ce grand débat national des femmes de Guinée qui nous réunit ici aujourd’hui, permettra un débat de haut niveau, qui est la conséquente d’une avancée démocratique, celle qui permet désormais à la femme guinéenne de prendre la parole pour apporter son expertise sur n’importe quel sujet d’intérêt national” a t-elle indiqué .

Poursuivant,Mme. Goumou a fait savoir que  les femmes guinéenne ont leurs mots à dire  par rapport au débat relatif à l’adoption d’une nouvelle constitution en Guinée.

 “La Guinée est à un tournant historique de son décollage et les femmes de Guinée étant l’avant garde de toutes les luttes est encore prête à partager son avis et agir autour du débat sur la nouvelle constitution qui fait rage dans la cité depuis plus d’un an” a t-elle noté .

En croire la présidente du Réseau des Femmes Intègres de Guinée,  les débats sur la nouvelle constitution doivent quitter la rue pour prendre une autre forme. 

” Nous avons été dans les quartiers pour des sensibilisation de proximité, il était enfin grand temps, que nous instituons un cadre de discussion qui nous servira de lieu d’échanges pour porter nos préoccupations, dans l’élaboration de la nouvelle constitution et veiller à une adhésion massive et objective des femmes afin d’influencer positivement les destinées de notre cher pays” a t-elle martelé .

Pour sa part Mme. Domani Doré, président de la Guinée Audacieuse a salué cette initiative du Réseau des femmes Intègres de Guinée qu’elle qualifie d’historique.

“Aujourd’hui’ nous avons eu l’occasion de vivre un événement que je qualifie d’historique, car un grand débat national vers l’adoption de la nouvelle constitution qui va prendre en compte les préoccupations et les rôles des femmes, je pense que c’est une initiative qu’il faut saluer et encourager. Ce débat a été une belle occasion pour moi  de découvrir encore d’autres femmes qui se battent pour l’adoption d’une nouvelle constitution.Nos attentes restent les mêmes, celles de contribuer à la sensibilisation des populations, surtout des femmes, des personnes analphabètes. Ceux-là qui ne comprennent pas  la portée  de cette nouvelle constitution. Comme disait l’une d’entre elle, on ne peut pas aider quelqu’un à son absence, il faut qu’elles aient l’occasion d’être à table et qu’elles ne pensent pas que c’est un débat politique . C’est un débat économique, social, sanitaire, séculaire qui touche les citoyens” a t-il dit .

Selon Domani, les recommandations qui sont issues de ce grand débat  seront présentées auprès président de la république et  auprès des autres institutions.

“Nous allons consigner les préoccupations qui ont été enregistrées lors de ce débat que nous allons formaliser en un rapport, que nous allons déposer auprès du chef  de l’État, auprès de la primature, auprès de l’assemblée nationale, auprès des institutions internationales pour qu’ils comprennent que tous les cadres possible de discussions autour de débat national, les femmes sont disposées à y prendre part pour garantir les préoccupations des jeunes et les femmes” a t-elle conclu.

Cette cérémonie a été clôturée par la signature  d’une charte d’adhésion à l’adoption d’une nouvelle entre les membres du réseau.

Mamadouba Camara

Journaliste du site folan.com


EN GUINEE: Le choix d’un opérateur pour la révision du fichier électoral divise la mouvance et l’opposition

Au cours de l’Assemblée hebdomadaire du parti RPG arc-en-ciel de ce samedi, 10 2019, les membres du bureau politique du parti sont largement revenus  sur la question du choix d’un opérateur pouvant faire la révision de la liste  électorale afin aller vite aux élections légistalives. Une question autour de laquelle,  le parti au pouvoir et l’opposition ont du mal à trouver une solution. 

Alors que l’opposition s’oppose au choix d’un opérateur local et dit vouloir d’un opérateur international pour une raison de crédibilité et de fiabilité,  M’Bany Sangaré, membre du bureau politique du RPG accuse l’opposition Guinéenne d’avoir une mauvaise et d’avoir un mépris pour le guinéen.

“Depuis un certains temps ,la CENI a entamé une série de rencontres avec les acteurs politiques. L’objectif de ces rencontres, c’était d’expliquer aux acteurs politiques le programme que la CENI a pour  une bonne organisation des élections . C’était également de discuter avec les différents acteurs politiques pour qu’un nouvel opérateur soit désigné devant tous les acteurs pour que cet opérateur soit accepté pour qu’on aille vite aux élections législatives pour que tous les acteurs se mettent d’accord sur  opérateur compétent. Pour que la révision du fichier électoral, pour que les démembrement de la CENI soit mis en place et devant tout le monde.

Le souci qui est derrière ça, c’est l’organisation des élections législatives transparentes, apaisées et acceptées de tous. Maintenant, nos amis de  l’opposition disent qu’ils ne sont pas d’accord avec ça.Ils veulent quoi? Ils veulent qu’on aille prendre un Américain, un Français, Sénégalais pour venir faire la révision du fichier électoral chez vous en Guinée.Qu’est ce qu’on va accepter ça?  Je dis haut et fort, on ne va pas accepter ça. On ne  peut pas recruter des gens qui ne peuvent pas écrire les noms des guinéens. Il faut qu’on fasse confiance aux Guinéens qui savent correctement lire et écrire les noms Bangoura, Camara, Sangaré, Diallo etc.

Mais, ils disent non, nous ne sommes pas d’accord, il faut qu’on fasse appel à un étranger. On dirait que la Guinée n’est pas un pays indépendant. Comme, ils savent qu’ils ont échoué, c’est pourquoi qu’ils disent,  qu’il faut envoyer un étranger pour venir écrire les noms des Guinéens. Depuis quand qu’il faut prendre un étranger pour écrire le nom des Guinéens? C’est une insulte au peuple de Guinée. Ce n’est même pas une mauvaise foi, c’est un refus de l’opposition d’aller aux élections. Ils ne veulent pas aller aux élections. Ils veulent retarder les élections parce qu’ils savent qu’ils auront rien. Nous leur disons de revoir leur copie parce que la Guinée est un pays indépendant, un pays souverain qui est libre. La Guinée a une institutions chargée d’organiser des élections qui est la CENI, ce que la CENI va décider, c’est sur la base de ça que les élections seront organisées pour le bonheur des Guinéens” a t-souligné.

Mamadouba Camara

Journaliste du Site lefolan.com

EN GUINÉE: Débats sur la nouvelle constitution Aboubacar Sylla justifie Pourquoi Alpha Condé n’a Pas Soumis l’actuelle Constitution au Référendum.

A l’occasion de la cérémonie de présentation de la Coalition Démocratique pour la Nouvelle Constitution (CODENOC) ce vendredi, 02 août 2019 dans un réceptif hôtelier de la place , le ministre d’État, ministre des Transports, Aboubacar Sylla a expliqué pourquoi le président Alpha Condé n’a pas soumis par référendum la constitution de 07 mais 2010 après son élection ?

La question qui se pose pourquoi on n’a pas changé la constitution depuis 2010? Pourquoi depuis 2010, une fois que les élections présidentielles ont eu lieu, un nouveau président est élu, on a pas procédé à l’élaboration et à l’adoption dans les normes requises d’une constitution qui soit l’émanation du peuple de Guinée s’est-il interrogé

Pour l’actuel porte parole du Gouvernement,c’est une une raison très simple.“C’est parce que le calendrier politique n’a pas permis de mettre le référendum constitutionnel dans l’agenda de nos élections. Dès que le président Alpha Condé a été élu, il a prêté serment en 2010. Dès début 2011, les partis politiques qui étaient membres de l’alliance Cellou président se sont regroupés autour de ce qu’ils ont appelé “le collectif des partis politiques pour la finalisation de la transition”.

L’objectif de se collectif, c’était d’œuvrer à la finalisation de la transition, comprenez par finalisation de la transition, l’organisation des élections législatives. Donc, l’opposition a mis pression sur le pouvoir pour l’amener à organiser ces élections.

Donc, de manifestation en manifestation, de la reforme de la CENI, le choix d’un autre opérateur pour la révision du fichier électoral à la place de celui qui était là . On a pris 2011, 2012 et 2013 pour organiser les élections législatives. Le nouveau parlement a été installé au début 2014 et dès après nous, nous sommes de nouveau engagés dans la préparation des élections locales. Et les débats étaient focalisés autour de cette question parce que toute opposition demandait ce que les maires soient l’émanation du suffrage universel, que les conseillés de quartiers et districts soient mis en place après le processus électoral transparent.

De dialogue en dialogue, nous sommes arrivés pratiquement au terme du mandat présidentiel. Nous avons organisé un dialogue qui regroupé, et l’opposition et la mouvance présidentielle. Ils sommes convenus ensemble de surseoir aux discussions autour de l’organisation des élections locales pour se focaliser sur l’organisation des élections présidentielles de 2015 parce que nous ne voulions pas que le président soit hors-mandat.Parce qu’à notre avis, il était plus facile d’accepter les conseils communaux hors-mandat que d’avoir un président de la république…

Dès que les élections présidentielles se sont achevées, on a commencé à se poser la question des élections locales. L’opposition a encore mis la pression, il faut des élections locales et les élections locales ont été organisées en 2018. Et année après l’organisation de ces élections, le débats continuent encore pour l’installation des conseils communaux à cause des contestation parce que parmi tout il y avait eu des problèmes” a t-il souligné.

D’autres raisons évoquées par le ministre, c’est aussi l’apparition de la maladie à virus Ebola qui, selon constituait un facteur qui a empêché l’organisation du référendum en 2010.“ Je ne parle même pas des deux années que nous avons connu avec l’épidémie à virus Ebola. Donc, pratiquement, on n’a eu pas de temps d’organiser le référendum. C’est maintenant qu’il y a une petite pose électorale que cette question de référendum vienne dans les débats politiques a t-il indiqué.

Mamadouba Camara

Journaliste du Site www.lefolan.com

EN GUINÉE: Le RPG arc-en-ciel et ses Partis Alliés Créent une Plateforme Politique dénommée , Coalition Démocratique pour la Nouvelle Constitution (CODENOC)

Une nouvelle coalition vient de voir le jour en république de Guinée. Il s’agit de la Coalition Démocratique pour la Nouvelle Constitution (CODENOC). L’annonce est faite vendredi 02 Août 2019 par les membres de la coalition des partis alliés au RPG arc en ciel au cours d’un point presse. Cette Coalition qui est constituée de partis politiques, des organisations de la société civile et des citoyens dont entre autres: le RPG Arc-en-ciel, l’UFC d’Aboubacar Sylla, les NFD de Mouctar Diallo, le parti GRUP de Papa Koly Kourouma, l’UPR de Bah Ousmne, le mouvement Guinée Audacieuse de Domani Doré et plusieurs autres partis politiques se fixe pour objectif de promouvoir l’idée d’une nouvelle constitution . Dans une déclaration qui a sanctionné cette rencontre, Alhousseny Makanéra membre de cette nouvelle Coalition a annoncé la création CODENOC «Réaffirmant leur ferme volonté d’inscrire leur démarche dans le cadre de l’unité d’action des forces politiques et sociales favorable à la démocratie et au progrès social. Décidés à œuvre pour le respecte des droits de l’homme et des libertés et droits fondamentaux, notamment la libre activité, dans le respecte de la loi, des partis politiques et organisations de la société civile ainsi que des médias indépendants. Témoins de l’élan populaire en faveur d’une nouvelle constitution qui s’exprime et se manifeste davantage, chaque jour en Guinée à travers le monde où des citoyens Guinéens sont présents.Informés des propositions de changement, d’amendement et d’amélioration qui proviennent de toutes les composantes de la société Guinéenne.Engagés à construire un véritable État de droit, restaurer l’autorité et la crédibilité de l’État, l’image et la dignité de Guinée et des Guinéens et redresser l’économie nationale. Annonçons, la création de Coalition Démocratique pour une Nouvelle Constitution avec pour sigle CODENOC” a t-il souligné Selon Makanéra “les conditions dans lesquelles, la constitution de 07 mai 2010 a été mise en œuvre ne lui confère pas toute la légitimité d’une loi fondamentale dans laquelle toutes Guinéennes et Guinéens se reconnaissent”. A -noté Ahousseny Makanéra. Il faut noter que cette cérémonie a été clôturée par la signature du protocole de création de la CODENOC entre le RPG arc-en-ciel et les partis alliés.

Mamadouba Camara Journaliste Pour le site www.folan.com

EN GUINÉE: LE Parti PADES: Certains cadre du Parti Démissionnent et rejoignent la Mouvance Présidentielle

Certains cadres du Parti des Démocrates pour l’Espoir PADES, se sont constitué un mouvement dénommé“ Aidez-moi pour vous aider”,  ont annoncé leur démission du parti ce mardi 30 juillet 2019 à travers une conférence de presse. Par la même occasion, ils ont annoncé leur adhésion au RPG arc-en-ciel et aux idéaux du président de la République Alpha Condé. “C’est avec un réel plaisir que nous, cadres démissionnaires du parti PADES , regroupés au sein du mouvement dénommé “Aidez-moi, pour vous aider”, sommes présents devant vous cet après midi pour vous annoncer officiellement notre démission du parti PADES. Mais aussi et surtout de  vous justifier solennellement notre adhésion au parti RPG arc-en ciel et aux idéaux du président Alpha Condé” a déclaré Nanka Moussa Kaba, ancien responsable de l’implantation du PADES. S’agissant des raisons de leur démission du parti PADES, M. Kaba a tenu à préciser. “Concernant les raisons de notre démission de ce parti, plusieurs disfonctionnements et violations des textes par les premiers responsables nous apparaissent suffisants pour ne plus nous sentir concernés par de nombreuses incohérences qui caractérisent la gestion de ce parti dont entre autres: la décision unilatérale du parti d’appartenir au FNDC, et la COD (Convergence de l’Opposition Républicaine) sont deux structures qui peuvent priver le Guinéen de droit légitime de se prononcer librement sur sa destinée et de la façon dont, il compte la mener. Le rapprochement contre productif à des formations politiques responsables de la léthargie politique et du retard économique de notre pays. L’absence d’un dialogue franc avec le RPG arc-en-ciel qui est portant l’allié originelle du parti. La cacophonie à la tête du parti à travers l’existence de trois (3) coordinations en violation manifeste des textes qui régissent le fonctionnement du parti. L’absence d’un bureau politique nationale après plus de deux(2) ans existences sur le terrain” a t-il souligné . En ce qui concerne les motivations de leur adhésion au RPG arc-en-ciel, M. Kaba donne quelques raisons. “Quant aux motivations de notre adhésion à la mouvance présidentielle, retenez que, nous avons été impressionnés par les résultats élogieux obtenus par la gouvernance du président Alpha Condé en si peu de temps, malgré les contextes sanitaires, économiques et politiques très difficiles” a conclu M. Kaba.

Mamadouba Camara

Journaliste lefolan.com

EN GUINEE: Modification de la Constitution l’ONG CONCIDER compte organiser un meeting géant à Hamdamlaye Gnariwada!

Modification de la Constitution : l’ONG CONCIDER compte organiser un meeting géant à Hamdamlaye Gnariwada! Les responsbles de l’ONG Conscience Citoyenne pour la Démocratie et le Rénouveau “ CONCIDER” ont conféré avec les hommes de médias ce jeudi 25 juillet 2019 à la maison de la presse sise à Kipé dans la commune de Ratoma. Il était question, pour les membres de cette ONG de donner leur point de vue par rapport au débat rélatif l’adoption de la nouvelle constitution. A cette occasion , M. Mory Oulen Camara, président de cette ONG, a déclaré que le CONCIDER approuve l’idée d’une révision constitutionnelle. “Notre position est claire, nous sommes favorable à une révision constitutionnelle, nous voulons qu’il y ait une révision constitutionnelle. Pourquoi cela, parce que une constitution doit refleter le vecu du peuple, elle doit s’adapter aux réalités. La Guinée a des réalités économiques, sociales et culturelles qui évoulent au fil du temps. Une constitution est une super-structure et les éléments qui constituent la super-structure, si ces éléments évoluent et la super-structure elle-même est ruside, ça va créer un problème et nous ne voulons pas que la Guinée aille dans les problèmes” a t-il indiqué. A en croire Mory Oulen Camara la constitution actuelle régorge de beaucoup d’inssufissance. «Cette constitution manifestement présente beaucoup de lacunes, Vous vous souviendrez que la constitution que nous avons n’est ni issue du peuple directement, ni issue des présentants du peuple. C’est-a-dire la constitution actuelle a été votée par un organe transitoire, elle n’a pas fait l’objet d’un referendum et le CNT (Conseil National de la Transition) qui la mise en place n’emane pas aussi de la volonté du peuple. Ensuite, il y a ce qu’on appelle le monopole des candidatures aux éléctions politique. C’est-a-dire en Guinée, dans les élections majeures, notamment les élections présidentielles et législatives, le citoyen ne peut pas faire acte de candidature indépendante. Parce que pour être candidats, il faut être présenté par un parti politique. Une chose qui est contraire au droit civique, parce que le citoyen doit être électeurs et éligible, ça devrait être à tout point de vue. Il y aussi la pléthore des institutions républicaines, or les autres pays se battent aujourd’hui pour diminuer le nombre des institutions en supprimant le senat par-ci, en supprimant la primature par-là. Dans la constitution Guinéenne, il y a plus de 10 institutions républicaines au point que depuis l’élection de la république jusqu’au maintenant, il a été mis en place plusieurs institutions jusqu’à présent il en reste” a t-il souligné Pour faire adherer les populations de Conakry à cette idée de la révision constitutionnelle, les membres de cette structure comptent organiser le 03 auôt prochain un meeting géant à Handamlaye “Gnariwada”pour expliquer les avantages de doter la d’une nouvelle constitution.

Mamadouba Camara

Journaliste du site lefolan.com

Almamy Sékou SOUMAH, Co-fondateur du mouvement GPT RENOUVEAU, s’exprime sur la nouvelle aventure politique de BAH OURY

Mes chers compatriotes, je veux aujourd’hui, saluer la décision historique de Monsieur BAH Oury, Co-fondateur du principal parti d’opposition Guinéenne, Ancien Premier Vice-Président de l’UFDG et Ancien Ministre de la Réconciliation Nationale. En effet, nulle n’ignore aujourd’hui que BAH Oury œuvre pour la construction démocratique de notre pays depuis l’avènement du multipartisme intégral en Guinée. Durant les cinq dernières années, il s’est investi avec courage et détermination en faveur d’une alternance politique au sommet du parti qu’il a fondé il y a environ 30 ans. Après quatre longues années de procès dans les juridictions de Conakry et malgré la décision du tribunal en sa faveur, BAH Oury a pris l’initiative de tendre une main franche au leader du principal parti d’opposition pour tenter de reconstruire l’UFDG et garantir les possibilités d’une alternance démocratique en Guinée dans le cadre des prochaines consultations électorales (législatives et présidentielle). Contre toute attente, Cellou Dalein DIALLO a rejeté publiquement la main tendue de son ancien premier vice-président à l’occasion d’une interview réalisée dans le cadre de sa tournée en cours aux Etats Unis. BAH Oury a donc décidé en toute responsabilité de fermer définitivement la page UFDG. Cette nouvelle page qui s’ouvre aujourd’hui pour l’ancien ministre de la réconciliation nationale inspire plus d’un Guinéen sur le caractère noble et républicain de la démarche politique du fondateur de l’UFDG. Des difficultés structurelles ont affaibli depuis trop longtemps l’UFDG qu’il a fondé. Aucun Guinéen ne méconnaît aujourd’hui cette réalité, ni les difficultés politiques, ni les fractures sociales, ni les relations humaines, ni même l’affaiblissement moral du pays. C’est à ce titre que je veux maintenant adresser un salut républicain à Monsieur BAH Oury. Dans son propre camp, il a eu l’audace d’apaiser les peurs, de nous faire renouer avec l’optimisme et de retrouver l’esprit de conquête en toute indépendance. Sa responsabilité doit désormais être de rassembler toutes les femmes et tous les hommes qui croient en la noblesse de son combat pour affronter les défis gigantesques qui nous interpellent. De ce point de vue, Il doit se battre de toutes ses forces contre la division ethno stratégique qui mine et abat la société Guinéenne. C’est pourquoi, je l’invite à continuer comme il l’a toujours fait, et avec humilité, avec dévouement, avec détermination, à servir la Guinée, rien que la Guinée en s’inscrivant cette fois dans une logique de refondation de la vie politique Guinéenne pour favoriser une vraie alternative au-delà de l’alternance du pouvoir. Je sais la colère, l’anxiété, les doutes qu’une grande partie des militants de l’UFDG ont aussi exprimés ces dernières années. Il revient maintenant à Monsieur BAH Oury de prendre de la hauteur conformément à sa décision historique pour mieux rassurer les Guinéens, les entendre, en prenant la promesse de protéger les plus fragiles, en organisant mieux les solidarités, en luttant contre toutes les formes d’inégalité ou de discrimination, en assurant de manière implacable et continue l’espoir d’une démocratie réelle au sein des formations politiques de notre pays, en garantissant l’unité de la nation dans ces différentes prises de positions, bref, en tirant toutes les leçons de son parcours politique pour refonder l’espoir chez la majorité des Guinéens. Nous avons des devoirs envers notre pays. Car, nous sommes héritiers d’une grande histoire politique et BAH Oury a directement connu les régimes successifs qui ont marqué notre histoire commune depuis notre accession à l’indépendance. Il se doit maintenant de défendre la Guinée, ses intérêts vitaux, son image et prendre l’engagement devant le peuple qu’il vient de rassurer pour se démarquer des attitudes traditionnelles et se mettre du bon côté de notre histoire commune. Il doit également œuvrer à retisser le lien entre la Guinée et ses citoyens pour adresser dans un futur proche aux nations d’Afrique et du monde le salut fraternel de la Guinée des quatre régions fortes et solidaires. Mes chers compatriotes, cette nouvelle aventure politique de BAH Oury, je veux que ce soit celle de l’espoir et de la confiance retrouvée. La refondation de notre classe politique s’impose désormais à tous. La moralisation de notre vie publique, la reconnaissance du pluralisme des opinions, la vitalité démocratique doivent être le socle de notre action commune. Personnellement, Je ne me laisserai arrêter par aucun obstacle. J’agirai avec détermination et dans le respect de chacun. Car, je suis convaincu que par le travail, nous construirons un avenir meilleur.

ALMAMY SOUMAH CO-FONDATEUR Du Mouvement GPT RENOUVEAU,

LANCEMENT OFFICIEL DU MOUVEMENT POLITIQUE ET CITOYEN GPT RENOUVEAU DÉCLARATION

Mesdames et messieurs les journalistes ;

Mes chers compatriotes ;

Mesdames et messieurs ;

Il y a des jours qui, qu’on le veuille ou non, font date dans l’histoire d’un groupe ou d’un pays en raison de l’importance particulière de l’événement et de l’impact certain qu’il a sur le présent et l’avenir. Cette conférence de presse pourrait, sans doute, en faire incontestablement partie.

Ibrahima Sory Diallo du BOC demande à Alpha de se prononcer sur la modification de la constitution.


Présent au lancement officiel du Mouvement Won Naa Keri 2020, ce vendredi 21 juin 2019 à la  maison de la presse, le président du Bloc de l’Opposition Constructive (BOC), Ibrahima Sory Diallo, a demandé au président Alpha Condé de donner clairement sa position par rapport au débat relatif à l’adoption d’une nouvelle constitution en Guinée.