CAN-Egypte 2019 : Deux joueurs figurent sur la liste des (25) joueurs présélectionnés par Paul Pût

CAN-Egypte 2019 : Deux joueurs figurent sur la liste des (25) joueurs présélectionnés par Paul Pût

Le sélectionneur du syli national de Guinée; Paul Put vient de publier une liste de 25 joueurs présélectionnés et de 6 suppléants pour préparer la prochaine Coupe d’Afrique des Nations qui se lire plus »

Féguifoot: l’Assemblée Générale Ordinaire se termine dans la sérénité.

Féguifoot: l’Assemblée Générale Ordinaire se termine dans la sérénité.

La fédération guinéenne de football organise ce lundi 27 mai 2019 sa 16ème Assemblée Générale Ordinaire. Cette activité se tient dans la ville de karamoko Alpha Mo Labé que l’activité été officiellement lire plus »

La CAF amadoué par le Sénégal mais la Guinée reste optimiste

La CAF amadoué par le Sénégal mais la Guinée reste optimiste

La Sanction qu’à infligé la CAF à la Guinée, disqualifiant le pays à la coupe du monde des moins de 17 ans qui se tiendra au mois d’octobre prochain au Brésil, ne lire plus »

Ligue 1-Pro:le Horoya AC sacré champion de Guinée 2019

Ligue 1-Pro:le Horoya AC sacré champion de Guinée 2019

Le Horoya AC recevait,ce dimanche au stade du 28 Septembre de Conakry le  Wakriya AC de Boké au compte de la 12ème journée du championnat. Score final 2-0 pour le HAC.Le club lire plus »

 

|JUSTICE

EN GUINÉE: Syligate, Les Avocats d’Amadou Diaby Parlent d’acharnement Contre leur Client.

  • Condamné hier vendredi 16 août 2019 à 7 ans dont 5 ans  ferme et une amende de 25 000 euros  d’exercer toutes activités liée au football  par la Commission d’éthique de la Fédération Guinéenne de Football, le collectif des avocats d’Amadou Diaby était face à la presse ce samedi 17 août 2019 à la maison de la presse  pour apporter des précision dans cette affaire.
  • A l’entame de sa communication, Maître Malick Ibrahim, avocat inscrit au barreau du Mali  a indiqué que  leur client a appris cette décision avec beaucoup d’étonnement.  “Ce qui se passe, c’est que vous devez savoir que Amadou Diaby, 1er  vice-président de la fédération guinéenne  du football a été abasourdi d’apprendre par voie de presse une interdiction à son encontre d’exercer toute activité liée au sport pour 7 ans dont 5 ans ferme et une amende de 25 milles euros par un tract imputé à la commission d’éthique de la fédération guinéenne du football et ce, sans avoir été attendu et passé par la procédure de  jugement en violation flagrante des dispositions des articles 67 à 77 du code d’éthique de la fédération guinéenne de football du 27 mai 2019. Poursuivant,   Maître Malick Ibrahim  a  qualifié cette décision de la commission d’éthique de câble.   “
  • Cette décision que nous considérons comme une cabale, usant modus operandi que la décision de suspension provisoire n°02, 07, 09  du 29 juin 2019  prise contre M. Amadou Diaby  sans avoir été entendu alors qu’il était en dehors du territoire guinéen par la commission d’éthique sur la simple foi de dénonciation calomnieuse de M. Paul Put, ex entraîneur du Syli National  dont la primeur fut curieusement réservée à Guineenew, organe de presse dont le Directeur n’est autre que le président de la commission d’éthique, n’a guère surpris M. Amadou Diaby qui est serein est reste confiant que cette décision injuste et sans fondement sera sanctionné par toute structure sérieuse et professionnelles de l’éthique” a souligné.  A en croire  maître  Malick, cette affaire est un acharnement de certains membres de la commission d’éthique, notamment le président M. Amadou Tham Camara   contre leur contre leur client. “
  • La chronologie des faits, la boulimie et les frénésies entourant l’annonce des sanctions provisoires et définitives par le tract contre M.Amadou Diaby, la non tenue de la procédure de jugement par la commission d’éthique, la déclaration par le rapport d’instruction que M. Amadou Diaby est présumé corrompu, la déclaration par le rapport de fin d’instruction que la condamnation de M. Amadou Diaby est fondée sur le libre arbitre de la commission d’éthique le sanctionnant à sa fantaisie, érigées par le président de cette commission d’éthique pour empêcher toute confrontation contradictoire devant la commission,d’éthique
  • entre M. Amadou Diaby et M.Paut le 07/08 /2019, la fuite de M. Paut Put dès le le demain 08/08/2019 réélection le 16 août 2019 par son propre huissier instrumentiste, l’absence  manifeste de preuves ou indices de corruption  imputables ou rattachables à M. Amadou Diaby par M. Paul Put et ou la commission d’éthique, les atermoiements du président de la commission d’éthique à l’égard de M.Paul Put, la fuite M. Paul Put sans son audition contradictoire devant M. Amadou Diaby, indiquent sur le peu de  sérieux, dont les déclarations sont sans fondement y compris des décisions prises contre M. Amadou Diaby. En même temps qu’ils sont expressifs de l’aspect immergé de l’iceberg de règlement de compte, d’acharnement gratuit, de cabale, de calomnies, de complotisme immorales et triviales dont la modeste personne de M. Amadou Diaby est l’objet de cible” a déclaré.
  • Mamadouba Camara
  • Journaliste du site www.lefolan.com

Justice en Guinée: Oumar Sylla et Sekou Koundouno totalement librés.

Oumar Sylla dit  « Foniké Manguè» et Sekou Koundouno, tous membres du Front National pour la Défense de la Constitution FNDC qui ont été arrêtés hier par la police et conduits à la Direction de la Police Judiciaire DPJ, viennent de bénéficier d’une liberté totale, sans restrictions de liberté, ni contrôle judiciaire. L’annonce est faite  ce mercredi, 17 juillet 2019 par leur  avocat, Me. Salifou Beavogui  après une longue audition. «Nous avions rendez-vous à la  police judiciaire avec nos deux clients. Nous sommes  arrivés, nous avons trouvé la direction en place  et nous avons été bien reçu par  l’autorité la plus autorisée de la DPJ.La DPJ a accepté que nos clients soient toujours à notre disposition. Ensuite que le véhicule dans lequel M. Oumar Sylla a été interpellé avec des t-shorts et 1 500 000 fg que le véhicule soit restitué. Mais que les t-shorts FNDC restent et que la procédure va continuer dès qu’on aura besoin d’eux , on nous fera appel. Donc, nous avons procédé au décompte des t-shorts, mes clients ont relevés un manquant de 211 t-shorts et le véhicule a été libéré, mes clients sont libérés, ils font rentrer chez eux tranquillement et nous attendons que la police nous rappelle» a t-il souligné.  Poursuivant, Me. Bea a indiqué que le droit a été dit dans cette affaire.« C’est le triomphale de l’État de droit parce que nous avons toujours clamé leur innocence, nous avons toujours dit qu’il n y pas d’infraction parce que toutes les activités qu’ils mènent,  rentrent dans le cadre l’édification d’un État de droit, de démocratie dans notre pays . Je suppose que  chaque Guinéen a le droit de manifester ses opinions par la parole, par les images etc. Si les uns peuvent dire oui, les autres également doivent  dire non, il n y pas de raison que  ceux qui disent oui soient acclamés et ceux qui disent non soient persécutés, pourchassés, menacés par les autorités. Mes clients souhaitent que ces t-shirts leur soient livrés, comme cela a été à Mafèrinyah et à Kindia. Les t-shirts n’ont rien à avoir avec la procédure» a t-il souligné.

Mamadouba Camara

Journaliste du Site lafolan.com

EN GUINÉE: La Coalition Guinéenne de la Cour Pénale Internationale s’oppose à l’adoption d’une nouvelle constitution.

La Guinée à l’instar des autres pays membres de la CPI, a célébré 21ème anniversaire de la création de la cour pénale internationale. En marge de cette célébration, les Membres de la Coalition Guinéenne de la Cour Pénale Internationale ont organisé une conférence ce jeudi 18 juillet 2019 à la maison de la presse sous le thème« les 21 ans de la CPI et la situation sociopolitique de la Guinée».  Dans une déclaration qui a sanctionné cette conférence, les responsables  de cette coalition ont indiqué que le 21ème anniversaire est célébré dans un contexte où les Guinéens sont victimes de cas graves violations  de droits de l’homme. « Au moment de cette célébration, les Guinéens sont victimes de cas graves de violations des droits de l’homme , notamment l’interdiction du droit de manifestation sur toute l’étendue du territoire national, les arrestations illégales et des poursuites judiciaires contre les citoyens qui s’opposent à l’adoption d’une nouvelle constitution et à un 3ème mandat pour l’actuel président de la République, violations répétées de la liberté de la liberté d’expression et de réunion» a déclaré Salamatou Bah, membre de cette coalition . Pour toutes ces raisons poursuit t-elle , « la CGCIP affirme solennellement son opposition à l’adoption d’une nouvelle constitution et à un 3ème mandat. Notre organisation précise qu’un tel projet ne constitue nullement une priorité pour la Guinée et le risque d’engendrer des conséquences graves et inimaginables pour les populations Guinéennes, qui pourraient entraîner des crimes graves relevant de la compétence de la cour pénale internationale» a t-elle souligné . Pour terminer, la Coalition Guinéenne de la Cour Pénale Internationale demande «au gouvernement Guinéen d’abandonner toutes tentatives de modification de la Constitution du 07 mai 2010. Exiger la libération sans condition des personnes illégalement arrêtées parce qu’elles défendent la constitution.Exhorte et encourage le peuple de Guinée à s’opposer par les voies légales à tout projet de nouvelle constitution et à un 3ème mandat».

Mamadouba Camara Journaliste

Site www.lefolan.com