COUPE DE LA CAF: le SANTOBA  et le SAN-PEDRO SE QUITTENT SUR UN SCORE DE NUL ET VIERGE  (0-0)

COUPE DE LA CAF: le SANTOBA et le SAN-PEDRO SE QUITTENT SUR UN SCORE DE NUL ET VIERGE (0-0)

Le Santoba affrontait les ivoiriens du Fc San Pedro ce dimanche 15 septembre 2019, au stade du 28 septembre de Conakry au compte  pour le match aller  du second tour préliminaire de lire plus »

En Guinée la Coupe Nationale (Basket): Centre Fédéral Qualifié pour les ½ finales

En Guinée la Coupe Nationale (Basket): Centre Fédéral Qualifié pour les ½ finales

La dernière rencontre des quarts de finale de la Coupe Nationale de Guinée (Basket) a opposé Dixinn Basket-ball Association (D.B.A) au Centre Fédéral de Guinée. Ce match de qualification pour les demi-finales lire plus »

La Guinée surprend la Côte d’ivoire et s’impose (1-0).

La Guinée surprend la Côte d’ivoire et s’impose (1-0).

Le match aller du tour dernier des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations U23 – Égypte 2019 entre la Côte d’ivoire et la Guinée s’est disputé dans les entraves du stade lire plus »

CAN-Egypte 2019 : Deux joueurs figurent sur la liste des (25) joueurs présélectionnés par Paul Pût

CAN-Egypte 2019 : Deux joueurs figurent sur la liste des (25) joueurs présélectionnés par Paul Pût

Le sélectionneur du syli national de Guinée; Paul Put vient de publier une liste de 25 joueurs présélectionnés et de 6 suppléants pour préparer la prochaine Coupe d’Afrique des Nations qui se lire plus »

Féguifoot: l’Assemblée Générale Ordinaire se termine dans la sérénité.

Féguifoot: l’Assemblée Générale Ordinaire se termine dans la sérénité.

La fédération guinéenne de football organise ce lundi 27 mai 2019 sa 16ème Assemblée Générale Ordinaire. Cette activité se tient dans la ville de karamoko Alpha Mo Labé que l’activité été officiellement lire plus »

 

|JUSTICE

Conflit entre la cour d’appel et le barreau de Guinée : les bâtonniers de Guinée dénoncent l’ingérence de la cour d’appel dans leur affaire. 

Le Barreau de Guinée ne reconnaîtra pas les 11 avocats stagiaires qui ont prêté serment le 16 septembre dernier devant cour d’appel. L’annonce  est faite ce mardi, 19 septembre 2019 par les  membres du Conseil de l’Ordre des Avocats de la République de Guinée en faveur d’une conférence de presse . Dans son intervention, Djibril Kouyaté, président des bâtonniers de Guinée est revenu sur la genèse de ce problème . 

La 3ème session ordinaire de l’INDH: l’institution appelle le gouvernement guinéen à la tenue du procès du 28 septembre.

Les travaux de la 3ème session ordinaire de l’Institution Nationale des Droits Humains sont ouverts vendredi, 06 septembre 2019 au palais du peuple.

Durant 19 jours, les commissaires de cette institution font se pencher sur plusieurs thématiques liées au droit de l’homme. Selon, Alya Diaby, président de l’INDH, “durant la présente session, une formation sur les concepts et mécanismes des droits de l’homme sera organisée à l’intention des journalistes dans le but de susciter et accompagner la mise en place d’un réseau de journalistes de droits de l’homme. 

EN GUINÉE: Menace à la liberté de la presse la PJDD et la CNPG condamnent l’interpellation et l’emprisonnement des journalistes.

Suite à la menace qui pèse sur la liberté la presse en Guinée avec l’interpellation et l’emprisonnement de certains journalistes, les membres de la plate-forme des Jeunes Leaders de l’Axe de la Démocratie et le Développement (PJDD) et la Coalition Nationale pour la Paix en Guinée( CNPG) ont conjointement animé une conférence ce lundi, 02 septembre 2019 à la maison commune des journalistes. 

Dans une déclaration qui a sanctionné cette conférence de presse, le PJDD et CNPG ont condamné l’interpellation et l’emprisonnement des journalistes qui sont devenus monnaie courante ces derniers temps en Guinée.

”PJDD et la CNPG dans la lutte pour l’instauration d’un État de droit en Guinée constatent avec regret des violations graves et inacceptables de la liberté de presse dans notre pays, notamment: des agressions verbales et physiques contre une quinzaine de journalistes, 31 octobre 2017 suivies de la destruction de leurs matériels de travail( dictaphones, téléphones et caméras…) à l’escadron mobile N°3 de Matam.

La suspension de la radio Espace Fm pour sept jours suivie de la mise en examen de Moussa Moïse Sylla, directeur d’Espace TV pour, dit-on, avoir diffusé des informations considérées comme secret défense.L’avertissement du groupe Évasion par la HAC pour manque de professionnalisme dans le traitement de l’information, dit-on. La violation de la loi L002 pendant les poursuites judiciaires contre des journalistes, notamment l’arrestation et la détention d’Aboubacar Camara, coordinateur du groupe Gangan. Des intimidations et des menaces de mort proférées à l’endroit d’Alpha Bacar Sank Diallo de la radio Global Fm, animateur de l’émission “choc des idées”. L’opacité persistante autour de la disparition depuis 23 juillet 2015 du journaliste chérif Diallo et de l’assassinat de Mohamed Koula Diallo. L’exil forcé de Mandian Sidibé, ancien directeur de la radio Planète Fm. Tout récemment l’incrimination de l’émission “œil de lynx du 30 juillet 2019 par le ministère des télécommunications par la convocation et l’audition d’Aboubcri, directeur général de la radio lynx à la DPJ et le directeur général de lynx, le doyen Thierno Souleymane Diallo.

Face à toutes ces violences flagrantes de la loi sur la liberté de la presse, la PJDD et la CNPG s’indignent et condamnent avec la dernière énergie ces pratiques tendant de plus en plus à museler la presse dans notre pays” a déclaré Ibrahima Aminata Diallo, président de l’AJDD .

Poursuivant, Ibrahima Aminata Diallo a, au nom de la PJDD et la CNPG exprimé toute  leur solidarité aux journalistes et exigé du gouvernement Guinéen le respect strict de la loi sur la liberté de la presse.

“Nous demandons par la occasion au gouvernement Guinée  de  rétablir les victimes dans leurs droits  en appliquant  les mesures suivantes: la poursuite et le jugement sans délai des auteurs des exactions contre les journalistes à l’escadron mobile N°3 de Matam. L’abandon sans condition des poursuites judiciaires contre les journalistes. La restitution du matériel de travail des journalistes susmentionnés. La cessation immédiate des intimidations et des menaces de mort contre les journalistes. La restitution du matériel de travail des journalistes confisqués ou détruits et l’indemnisation des victimes. Le retour des journalistes en exil. L’élucidation de la disparition de Chérif Diallo et du meurtre de Mohamed Koula Diallo” a t-il souligné . 

Pour terminer, ces deux structures appellent le gouvernement Guinéen et les  institutions républicaines à veiller au respect des engagements internationaux de l’État et au respect des lois relatives à la liberté d’expression et d’opinion et à la HAC d’assumer pleinement son rôle de régulation et de protection de la presse.

Mamadouba Camara

Journaliste du site www.lefolan.com

Mis en examens du Doyen Souleymane Diallo et d’Aboubacar Bah : Les Journalistes entendent Organiser un si-tin devant la HAC!

Les Associations de Presse et le Syndical de la presse privée de Guinée comptent organiser un si-tin , le lundi prochain, devant la Haute Autorité de la Communication. L’objectif de ce si-tin est d’interpeller les commissaires de la HAC sur l’arrestation à repétition des hommes de médias, notamment cas du doyen Soulemane Diallo, Fondateur du groupe de presse lynx lance et le Aboubacry Bah Directeur général de la radio lynx Fm. L’annonce a été faite ce vendredi 23 aôut 2019 à travers une conférence de presse. 

. Après le contrôle judiciaire du doyen Souleymane Diallo qui a toujours combattu l’injustice, c’est au tour de Boubacar Alghassimou Diallo, plus connu sous le nom d’Abou Bakr, Directeur Général de la radio Lynx FM.

Ce dernier doit se présenter 3 fois par semaine pour émarger, avec l’interdiction de sortir de Conakry, et de co-présenter l’émission « œil de lynx » avec son compère de toujours, Azoka Bah.

La Génération Citoyenne s’insurge contre cet acte scandaleux, et tout ce qui concourt au musèlement des médias.

EN GUINÉE: Syligate, Les Avocats d’Amadou Diaby Parlent d’acharnement Contre leur Client.

Condamné hier vendredi 16 août 2019 à 7 ans dont 5 ans  ferme et une amende de 25 000 euros  d’exercer toutes activités liée au football  par la Commission d’éthique de la Fédération Guinéenne de Football, le collectif des avocats d’Amadou Diaby était face à la presse ce samedi 17 août 2019 à la maison de la presse  pour apporter des précision dans cette affaire.

Justice en Guinée: Oumar Sylla et Sekou Koundouno totalement librés.

Oumar Sylla dit  « Foniké Manguè» et Sekou Koundouno, tous membres du Front National pour la Défense de la Constitution FNDC qui ont été arrêtés hier par la police et conduits à la Direction de la Police Judiciaire DPJ, viennent de bénéficier d’une liberté totale, sans restrictions de liberté, ni contrôle judiciaire. L’annonce est faite  ce mercredi, 17 juillet 2019 par leur  avocat, Me. Salifou Beavogui  après une longue audition. «Nous avions rendez-vous à la  police judiciaire avec nos deux clients. Nous sommes  arrivés, nous avons trouvé la direction en place  et nous avons été bien reçu par  l’autorité la plus autorisée de la DPJ.La DPJ a accepté que nos clients soient toujours à notre disposition. Ensuite que le véhicule dans lequel M. Oumar Sylla a été interpellé avec des t-shorts et 1 500 000 fg que le véhicule soit restitué. Mais que les t-shorts FNDC restent et que la procédure va continuer dès qu’on aura besoin d’eux , on nous fera appel. Donc, nous avons procédé au décompte des t-shorts, mes clients ont relevés un manquant de 211 t-shorts et le véhicule a été libéré, mes clients sont libérés, ils font rentrer chez eux tranquillement et nous attendons que la police nous rappelle» a t-il souligné.  Poursuivant, Me. Bea a indiqué que le droit a été dit dans cette affaire.« C’est le triomphale de l’État de droit parce que nous avons toujours clamé leur innocence, nous avons toujours dit qu’il n y pas d’infraction parce que toutes les activités qu’ils mènent,  rentrent dans le cadre l’édification d’un État de droit, de démocratie dans notre pays . Je suppose que  chaque Guinéen a le droit de manifester ses opinions par la parole, par les images etc. Si les uns peuvent dire oui, les autres également doivent  dire non, il n y pas de raison que  ceux qui disent oui soient acclamés et ceux qui disent non soient persécutés, pourchassés, menacés par les autorités. Mes clients souhaitent que ces t-shirts leur soient livrés, comme cela a été à Mafèrinyah et à Kindia. Les t-shirts n’ont rien à avoir avec la procédure» a t-il souligné.

Mamadouba Camara

Journaliste du Site lafolan.com

EN GUINÉE: La Coalition Guinéenne de la Cour Pénale Internationale s’oppose à l’adoption d’une nouvelle constitution.

La Guinée à l’instar des autres pays membres de la CPI, a célébré 21ème anniversaire de la création de la cour pénale internationale. En marge de cette célébration, les Membres de la Coalition Guinéenne de la Cour Pénale Internationale ont organisé une conférence ce jeudi 18 juillet 2019 à la maison de la presse sous le thème« les 21 ans de la CPI et la situation sociopolitique de la Guinée».  Dans une déclaration qui a sanctionné cette conférence, les responsables  de cette coalition ont indiqué que le 21ème anniversaire est célébré dans un contexte où les Guinéens sont victimes de cas graves violations  de droits de l’homme. « Au moment de cette célébration, les Guinéens sont victimes de cas graves de violations des droits de l’homme , notamment l’interdiction du droit de manifestation sur toute l’étendue du territoire national, les arrestations illégales et des poursuites judiciaires contre les citoyens qui s’opposent à l’adoption d’une nouvelle constitution et à un 3ème mandat pour l’actuel président de la République, violations répétées de la liberté de la liberté d’expression et de réunion» a déclaré Salamatou Bah, membre de cette coalition . Pour toutes ces raisons poursuit t-elle , « la CGCIP affirme solennellement son opposition à l’adoption d’une nouvelle constitution et à un 3ème mandat. Notre organisation précise qu’un tel projet ne constitue nullement une priorité pour la Guinée et le risque d’engendrer des conséquences graves et inimaginables pour les populations Guinéennes, qui pourraient entraîner des crimes graves relevant de la compétence de la cour pénale internationale» a t-elle souligné . Pour terminer, la Coalition Guinéenne de la Cour Pénale Internationale demande «au gouvernement Guinéen d’abandonner toutes tentatives de modification de la Constitution du 07 mai 2010. Exiger la libération sans condition des personnes illégalement arrêtées parce qu’elles défendent la constitution.Exhorte et encourage le peuple de Guinée à s’opposer par les voies légales à tout projet de nouvelle constitution et à un 3ème mandat».

Mamadouba Camara Journaliste

Site www.lefolan.com