CAN-Egypte 2019 : Deux joueurs figurent sur la liste des (25) joueurs présélectionnés par Paul Pût

CAN-Egypte 2019 : Deux joueurs figurent sur la liste des (25) joueurs présélectionnés par Paul Pût

Le sélectionneur du syli national de Guinée; Paul Put vient de publier une liste de 25 joueurs présélectionnés et de 6 suppléants pour préparer la prochaine Coupe d’Afrique des Nations qui se lire plus »

Féguifoot: l’Assemblée Générale Ordinaire se termine dans la sérénité.

Féguifoot: l’Assemblée Générale Ordinaire se termine dans la sérénité.

La fédération guinéenne de football organise ce lundi 27 mai 2019 sa 16ème Assemblée Générale Ordinaire. Cette activité se tient dans la ville de karamoko Alpha Mo Labé que l’activité été officiellement lire plus »

La CAF amadoué par le Sénégal mais la Guinée reste optimiste

La CAF amadoué par le Sénégal mais la Guinée reste optimiste

La Sanction qu’à infligé la CAF à la Guinée, disqualifiant le pays à la coupe du monde des moins de 17 ans qui se tiendra au mois d’octobre prochain au Brésil, ne lire plus »

Ligue 1-Pro:le Horoya AC sacré champion de Guinée 2019

Ligue 1-Pro:le Horoya AC sacré champion de Guinée 2019

Le Horoya AC recevait,ce dimanche au stade du 28 Septembre de Conakry le  Wakriya AC de Boké au compte de la 12ème journée du championnat. Score final 2-0 pour le HAC.Le club lire plus »

 

EN GUINÉE: LE Parti PADES: Certains cadre du Parti Démissionnent et rejoignent la Mouvance Présidentielle

Certains cadres du Parti des Démocrates pour l’Espoir PADES, se sont constitué un mouvement dénommé“ Aidez-moi pour vous aider”,  ont annoncé leur démission du parti ce mardi 30 juillet 2019 à travers une conférence de presse. Par la même occasion, ils ont annoncé leur adhésion au RPG arc-en-ciel et aux idéaux du président de la République Alpha Condé. “C’est avec un réel plaisir que nous, cadres démissionnaires du parti PADES , regroupés au sein du mouvement dénommé “Aidez-moi, pour vous aider”, sommes présents devant vous cet après midi pour vous annoncer officiellement notre démission du parti PADES. Mais aussi et surtout de  vous justifier solennellement notre adhésion au parti RPG arc-en ciel et aux idéaux du président Alpha Condé” a déclaré Nanka Moussa Kaba, ancien responsable de l’implantation du PADES. S’agissant des raisons de leur démission du parti PADES, M. Kaba a tenu à préciser. “Concernant les raisons de notre démission de ce parti, plusieurs disfonctionnements et violations des textes par les premiers responsables nous apparaissent suffisants pour ne plus nous sentir concernés par de nombreuses incohérences qui caractérisent la gestion de ce parti dont entre autres: la décision unilatérale du parti d’appartenir au FNDC, et la COD (Convergence de l’Opposition Républicaine) sont deux structures qui peuvent priver le Guinéen de droit légitime de se prononcer librement sur sa destinée et de la façon dont, il compte la mener. Le rapprochement contre productif à des formations politiques responsables de la léthargie politique et du retard économique de notre pays. L’absence d’un dialogue franc avec le RPG arc-en-ciel qui est portant l’allié originelle du parti. La cacophonie à la tête du parti à travers l’existence de trois (3) coordinations en violation manifeste des textes qui régissent le fonctionnement du parti. L’absence d’un bureau politique nationale après plus de deux(2) ans existences sur le terrain” a t-il souligné . En ce qui concerne les motivations de leur adhésion au RPG arc-en-ciel, M. Kaba donne quelques raisons. “Quant aux motivations de notre adhésion à la mouvance présidentielle, retenez que, nous avons été impressionnés par les résultats élogieux obtenus par la gouvernance du président Alpha Condé en si peu de temps, malgré les contextes sanitaires, économiques et politiques très difficiles” a conclu M. Kaba.

Mamadouba Camara

Journaliste lefolan.com

GUINEE: L’ONG ESPOIR LANCE SES ACTIVITES

C’est au cours d’une conférence de presse qu’ils ont animé ce mardi 30 juillet 2019 à la maison de la presse que,  les responsables de l’ONG Espoir de Guinée ont procédé au lancement officiel de leurs activités. Selon Zézé Robert Touaro, fondateur de ladite structure, la création de l’ONG Espoir de Guinée est parti d’un constat. « vous comprendrez que la population Guinéenne est composée de femmes et de jeunes qui se trouvent aujourd’hui confrontée à d’énormes difficultés quand à la mise en œuvre de leurs activités économique ( manquement de financement, de formation et d’accompagnement ) d’où la création de cette ONG afin de contribuer à la recherche des solutions aux problèmes de cette couche vulnérable et défavorisée» a t-il déclaré. Parlant des objectifs de cette ONG M. Touaro a fait savoir que « L’ONG Espoir de Guinée entend contribuer efficacement à la formation, à la promotion, à l’autonomisation des femmes tout en contribuant au développement socioéconomique de la Guinée» a indiqué . Pour atteindre ses objectifs, ajoute t-il , «l’ONG Espoir de Guinée menera ses activités ci-dessous en faveur des population vulnérables et défavorisées. -La formation et l’accompagnement des associations et groupement des jeunes. -L’octroi de micro crédit. – La création des activités génératrices de revenus, tels que le commerce, la saponification, la restauration, l’artisanat» a t-il souligné. Il faut que l’ONG Espoir de Guinée est une organisation non gouvernementale à but non lucratif créee le 15 février 2019.

Mamadouba Camara

Journaliste folan.com

SOCIÉTÉ: TROIS COMMUNES RURALES DE GUINÉE BÉNÉFICIENT L’OFFRE D’ÉQUIPEMENTS INFORMATIQUES PAR LE CECIDE

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet«la promotion de l’accès à l’information sur le budget local, vecteur de transparence et de participation citoyenne dans la gouvernance des collectivités minières en Guinée », le Centre du Commerce Internationale pour le Développement CECIDE a procédé ce mercredi, 31 juillet 2019 à la remise d’équipements informatiques, composés d’ordinaires, d’imprimates et d’onduleurs à quelques communes rurales dont entre autres : la commune rurale de Kintinian (Siguiri) la commune rurale de Tanènè et de Sangarédi ( Boké) dans un receptif de la place. Selon Saa Pascal Tenguiano, Directeur exécutif CECIDE, l’objectif de cet appui est de contribuer au renforcement des capacités des collectivités locales Guinéenne et à la qualification de leur gestion. “Nous avons fait ce don aujourd’hui parce que nous croyons au développement.  Ce développement n’est autre que, celui des collectivités locales de base. Il s’agit d’aller vers les communautés à la base et les coordinateurs de ses communautés de base que sont les élus locaux, qui ont réussi la confiance de ces populations de base . Pour nous, ce développement passe nécessairement par le renforcement des capacités de ses élus locaux qui sont les maires. C’est la raison pour laquelle, nous avons pensé au renforcement des capacités de ses élus locaux pour mieux gérer les biens issus de ces mêmes communautés et aussi et surtout compléter les efforts du gouvernement allant dans le sens du développement général et aussi propulser ce développement à la base pour le bénéfice de chacun et de tous” a t-il indiqué. Pour sa part, Fadama Itala Kourouma, Directeur National de la Décentralisation, a au nom du ministre Bouréma Condé, félicité le CECIDE pour ce don d’équipements à  ces 3 communes rurales avant d’ajouter que . “ Cet appui matériel s’inscrit en droite ligne des objectifs en matière de renforcement des capacités des acteurs moteurs de la décentralisation. C’est une contribution considérable dont les organisations de la société civile doivent s’inspirer pour mener à bien leur rôle d’accompagnement des communautés à la base et d’appui aux actions de développement de l’Etat” a t-il déclaré. Poursuivant, M. Kourouma exhorte les bénéficiaires à prendre soins de ses équipements pour bénéfice des citoyens à la base. “ Je souhaite vivement que ce don composés d’équipement informatique contribuera à améliorer leur travail et leur efficacité au service des populations . Par la même occasion, j’exhorte les heureux bénéficiaires à prendre grand soins de ses matériels et en faire un usage judicieux pour le seul et unique service des citoyens. Prenant la parole , Mamadou Bah , l’un des heureux bénéficiaires de ses équipements, a remercié le CECIDE pour cet appui en faveur de leurs communes rurales. “ C’est une très grande joie pour nous, maires bénéficiaires de recevoir ses kits informatiques et cela, suite à la formation que nous avons reçu à Kindia à la fin du mois du juillet par le CECIDE dans le cadre de renforcement de nos capacités dans la gestion de l’administration locale. En plus de cela, nous remercions l’ONG CECIDE pour cet appui considérable. Nous vous promettons que nous en ferons bon usage pour qualifier la production de nos documents administratif et la qualification de nos gestions” a t-il souligné Il faut noter que cette remise d’équipement vient couronner la dernière étape d’un projet dont l’approche de renforcement des capacités des acteurs de la décentralisation, conformément aux politiques nationales en la matière visait à impulser des dynamiques citoyennes de dialogue locaux pour favoriser la transparence et une participation accrue des citoyens à la gestion des affaires publique.

Mamadouba Camara

Journaliste pour lefolan.com

EN GUINEE: Le Barrage Souapiti les ouvriers Guinéens et Chinois se sont confrontés.

Plusieurs jeunes ouvriers  guinéens et chinois qui travaillent au barrage hydroélectrique de Souapiti, dans la préfecture Dubréka, se sont bagarrés dans la soirée du jeudi à vendredi dernier. La raison serait la réaction d’un groupe de  chinois en mission de contrôle envers Aboubacar Soumah, vigile guinéen, à en croire le directeur de communication Alpha Kaba Diakité. « Dans la nuit du jeudi à vendredi 19 juillet 2019, un vigile du nom de Aboubacar Soumah, chargé de veiller à l’usine de concassage, a été surpris en train de dormir entre 4h et 6h par un groupe de 7 ouvriers chinois en mission de contrôle sur le chantier de construction du barrage de Souapiti. Face à cette situation loin d’être normale, les ouvriers chinois auraient tout de suite couvert d’injures le vigile « dormeur». Ainsi, devant les injonctions et injures proférées par ces 7 Chinois, le vigile Soumah a vivement protesté. Toute chose qui a provoqué entre les Chinois et lui une bagarre. Notre vigile a eu au cours de cette bagarre de sérieuses blessures», a-t-il dit. Non contents, les amis du jeune guinéen violemment tabassé, ont par la suite décidé de venger le vigile. «C’est ainsi, quand l’équipe du samedi s’est embarquée dans le camion qui les transporte tous les jours au chantier, ils ont voulu venger l’agression perpétrée contre leur collègue, la veille. Ils ont intimé aux Chinois qui les conduisaient de se garer. Ils se sont attaqués à deux ateliers contenant des outils informatiques appartenant aux Chinois. Après avoir forcé les portes, ils ont pris tout ce qu’ils ont trouvé à l’intérieur. Quand le Chinois qui avait en charge de surveiller les ateliers a voulu s’interposer, il y a eu bagarre et des cas de blessés ont été déplorés des deux côtés. Deux pick-ups appartenant aux Chinois ont été caillassés”, a précisé M. Kaba, ajoutant qu’il a fallu l’intervention des forces de sécurité sur place  pour maintenir l’ordre sur le site. Le directeur général Amara Camara qui s’est rendu sur les lieux, a évalué les dégâts et annoncé une procédure judiciaire pour situer les responsabilités. «Aujourd’hui, la paix est revenue. Mais, les Chinois exigent que leur sécurité soit garantie. En attendant que leur sécurité ne soit assurée, les Chinois ont ralenti le travail dans le chantier. Seulement 300 ouvriers travaillent en ce moment sur le chantier sur un effectif de plus de 2000 travailleur», a indiqué le chargé de com du projet Souapiti, le plus grand barrage en construction en Guinée qui fait 450 mégawatts.

Mamadouba camara pour lefolan. Com

EN GUINEE : Le Projet Souapiti les riverais dénoncent les conditions de dédommagement.

L’Union pour la défense des sinistrés de Souapiti (UDSS) a animé ce lundi, 22 juillet à la maison commune des journalistes à Kipé une conférence de presse pour faire part à l’opinion publique des inconvénients du barrage hydroélectrique de Souapiti (en construction à Dubréka d’une puissance de 450 mégawatts) sur les populations riveraines. Depuis deux mois qu’elle est créée, l’UDSS est une initiative de quelques ressortissants et d’autres riverains des localités concernées par le projet Souapiti. Elle vise à défendre les intérêts des populations riveraines du site du barrage hydroélectrique. Ils sont les populations issues des villages des localités de Labaya, dans Tondon à Dubréka, Tènen dans Kindia et Soubékourou dans Télimélé. Depuis la mise en place du projet de construction du barrage hydroélectrique, ces populations riveraines du site du barrage se disent sinistrées. Il y en a parmi elles qui doivent être déplacées de leurs villages, il y en a qui ont été déplacés et il y en a qui doivent accueillir dans leurs villages les populations déplacées. « On n’a pas un lieu pour le travail, on n’a pas un lieu pour nos élevages et nos cultures, on n’a pas d’eau, cette eau qu’on a est impropre à la consommation, les habitations qu’ils nous ont construites sont mal faites. La façade est belle mais une fois à l’intérieur on se rend  compte tout de suite, qu’elle a été réparée. Depuis notre déplacement, l’équipe est allée nous voir qu’une seule fois. Le montant inscrit sur l’enveloppe d’assistance n’est pas celui dans l’enveloppe. Aussi, nous n’avons pas retrouvé nos soubassements, nos bâtiments qu’on a commencés à construire, école primaire, hôpital… Il y a eu beaucoup de manquants », raconte Thierno Bella Diallo, président de la jeunesse de Madina-Tayiré. Me Oumar Aissata Camara est le 2ème vice-coordinateur et porte-parole de l’Union dénonce cette situation inadéquate dans laquelle vivent ces populations. « Nous dénonçons tout simplement d’abord la mauvaise qualité de l’information que le projet a donnée à l’encontre de nos populations. Deuxièmement, nous dénonçons le fait que les maisons construites pour le recasement de nos parents ne sont pas appropriées et adéquates, pour ceux qui sont déjà partis. D’autres sont menacés de partir par la force, nous dénonçons cela aussi. Et troisièmement, il y a eu des villages qui vont recevoir d’autres villages mais qui n’ont en quelques sortes rien à bénéficier. Et je vous ai dit à l’entame de mes explications que nous avons constaté que les villages qui sont recasés sont partis à des endroits où ils sont en prison. Ils n’ont pas de l’eau à boire. Ils sont dans des maisons qui sont cloisonnées, qui sont assez restreintes. Nous avons constaté quand on est parti à l’occasion de nos déplacements, nous avons constaté que ces personnes-là sont en train de partager le salon avec leurs brus et leurs gendres. La dernière fois, quand j’étais sur le site, une dame m’a dit : ‘’mon fils, le matin nous sortons de nos chambres, nos serviettes à la poitrine et nos brus aussi sortent de leurs chambres avec nos fils, leurs serviettes aussi à la poitrine… Donc nous voyons des faits de ce genre qui touchent directement à leur dignité et donc vraiment c’est assez », s’insurge-t-il. Poursuivant, Me Oumar Aissata affirme que des engagements ont été pris par les responsables du projet souapiti vis-à-vis des populations. « Ils ont fait signer des documents à nos parents comme quoi ils vont leur donner le paradis céleste. En réalité rien n’est fait quand les gens sont partis sur le terrain. Mais à partir de maintenant nous nous interdisons qu’ils échangent directement avec ces parents, s’ils veulent travailler dans une transparence, nous sommes les fils de ces localités, nous sommes à leur disposition, nous sommes prêts à les accompagner mais autour des communications très claires », précise-t-il, ajoutant qu’ils (fils des localités) souhaiteraient avoir un entretien avec les responsables du projet « On n’en a pas eu. On leur a écrit plusieurs fois. Et je peux rappeler deux fois. Il y a une lettre le 25 juin qui est une lettre de l’Union, il y a une autre qui était partie avant, je me rappelle pas la date mais je les ai avec moi ici. On leur a demandé seulement de nous accorder une audience afin que nous puissions échanger, de préférence dans une grande salle pour que nous puissions au fur et à mesure poser les questions que nous avons et que nous puissions avoir des réponses à donner à nos parents. Parce que les gens ne savent même pas. Certains ne savent pas si nous aussi allons quitter, si nous allons rester, ils ne le savent pas. D’autres savent bien sûr qu’ils vont quitter mais se demandent ce qu’ils vont faire de leurs cultures. Il y en a même qui ont construit et dont les constructions sont partie jusqu’à un niveau. Le projet, en les réinstallant sur un autre site, n’a pas accepté de prendre en compte les chantiers non achevés. Mais c’est grave. Ils ont donné un délai à une localité, notamment Konkouré, de quitter les lieux dans une semaine. Mais, on est en saison hivernale, les gens ont déjà semé des choses, ils n’ont même pas récolté d’abord on leur dit vous devez quitter maintenant, si vous ne quittez pas on va vous faire quitter par la force, voyez-vous? Tout cela va à l’encontre de la dignité humaine », estime Me Oumar Aissata Camara. Au-delà des négociations, l’Union envisage d’autres actions dont un déplacement massif sur toutes les localités en compagnie de la presse. Et également attirer l’attention du président de la République sur leur situation.

Mamadouba Camara

Journaliste du site lefolan.com

EN GUINEE: Modification de la Constitution l’ONG CONCIDER compte organiser un meeting géant à Hamdamlaye Gnariwada!

Modification de la Constitution : l’ONG CONCIDER compte organiser un meeting géant à Hamdamlaye Gnariwada! Les responsbles de l’ONG Conscience Citoyenne pour la Démocratie et le Rénouveau “ CONCIDER” ont conféré avec les hommes de médias ce jeudi 25 juillet 2019 à la maison de la presse sise à Kipé dans la commune de Ratoma. Il était question, pour les membres de cette ONG de donner leur point de vue par rapport au débat rélatif l’adoption de la nouvelle constitution. A cette occasion , M. Mory Oulen Camara, président de cette ONG, a déclaré que le CONCIDER approuve l’idée d’une révision constitutionnelle. “Notre position est claire, nous sommes favorable à une révision constitutionnelle, nous voulons qu’il y ait une révision constitutionnelle. Pourquoi cela, parce que une constitution doit refleter le vecu du peuple, elle doit s’adapter aux réalités. La Guinée a des réalités économiques, sociales et culturelles qui évoulent au fil du temps. Une constitution est une super-structure et les éléments qui constituent la super-structure, si ces éléments évoluent et la super-structure elle-même est ruside, ça va créer un problème et nous ne voulons pas que la Guinée aille dans les problèmes” a t-il indiqué. A en croire Mory Oulen Camara la constitution actuelle régorge de beaucoup d’inssufissance. «Cette constitution manifestement présente beaucoup de lacunes, Vous vous souviendrez que la constitution que nous avons n’est ni issue du peuple directement, ni issue des présentants du peuple. C’est-a-dire la constitution actuelle a été votée par un organe transitoire, elle n’a pas fait l’objet d’un referendum et le CNT (Conseil National de la Transition) qui la mise en place n’emane pas aussi de la volonté du peuple. Ensuite, il y a ce qu’on appelle le monopole des candidatures aux éléctions politique. C’est-a-dire en Guinée, dans les élections majeures, notamment les élections présidentielles et législatives, le citoyen ne peut pas faire acte de candidature indépendante. Parce que pour être candidats, il faut être présenté par un parti politique. Une chose qui est contraire au droit civique, parce que le citoyen doit être électeurs et éligible, ça devrait être à tout point de vue. Il y aussi la pléthore des institutions républicaines, or les autres pays se battent aujourd’hui pour diminuer le nombre des institutions en supprimant le senat par-ci, en supprimant la primature par-là. Dans la constitution Guinéenne, il y a plus de 10 institutions républicaines au point que depuis l’élection de la république jusqu’au maintenant, il a été mis en place plusieurs institutions jusqu’à présent il en reste” a t-il souligné Pour faire adherer les populations de Conakry à cette idée de la révision constitutionnelle, les membres de cette structure comptent organiser le 03 auôt prochain un meeting géant à Handamlaye “Gnariwada”pour expliquer les avantages de doter la d’une nouvelle constitution.

Mamadouba Camara

Journaliste du site lefolan.com

Guinée: L’assassinat de Mamoudou Barry, manifestation devant l’Ambassade de France en Guinée.

Le collectif pour le Soutien de Mamoudou Barry a organisé un sit-in ce vendredi 26 juillet 2019 devant l’ambassade de  France en Guinée pour protester contre l’assassinat de Mamoudou Barry, Enseignant-Rechercheur à l’Université de Rouen. Ce sit-in a connu la présence de plusieurs personnalités de la société civiles, des Avocats, des Activistes des droits de l’homme . Munis de pancartes et de bandéroles, ces manifestants sont partis du port Autonome en scandant des slogans comme “Non au racisme! Le sang noir = au sang blanc! Justice pour Mamoudou Barry ! Dans une déclaration qui a ponctié ce sit-in, les organisateurs par la voix Gabril Haba, membre de ce collectif, ont condamné cet assassinat qu’ils qualifient d’une autre époque. “C’est avec un sentiment de choc, de tristesse et de colère que nous avions appris l’assassinat de notre compatriote Mamoudou Barry, Enseignant Chercheur à l’Université de Rouen, assassiné dans la même ville normande ce 20 juillet 2019.Nous condamnons avec fermeté cette barbarie, qui en plus de son caractère extrêmement ignoble, viole les textes internationaux en matière des droits de l’homme” a t-il déclaré . Cependant pousuit-il , “nous saluons le soutien indéfectible de nos frères et amis Africains ainsi que les institutions ou personnes physiques d’ailleurs, qui nous accompagnent dans ce combat en faveur du rétablissement de l’equilibre sang noir= sang blanc” a t-il indiqué . Par ailleurs, le collectif pour le soutien de Mamoudou Barry exhorte la France à poursuivre la procédure jusqu’à la manifestaion de la vérité dans cette affaire. “ Nous prenons acte des efforts de la justice Française pour mettre hors d’état de nuire ce criminel racial, et leur exhortons d’aller jusqu’au bout de la procéduire judiciaire déja engagée, si non, l’auteur de ce crime racial symboliserait pour tous les citoyens noirs vivant à l’occident, une menace à la liberté d’opinion et une atteinte à la dignité Africaine”. Pour terminer, le collectif lance un appel pressant, au conseil de sécurité des Nations Unies de veiller au respect des dispositions de la déclaration universelle des droits de l’homme, dont son article premier dispose que«tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droit. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité».“ “Aux organisations de défense des droits de l’homme de prendre toutes les dispositions pour suivre de près la procédure relative à l’assassinat de Mamoudou Barry. Aux migrants établis dans les différents pays occidantaux, d’observer et respecter les lois, règlements et normes culturelles et sociales des pays d’acceuil pour intégration totale” a t-il souligné.

Mamadouba Camara

Journaliste du site lefolan.com

En GUINÉE : Le lancement des Épreuves du Baccalauréat sessions 2018-2019 et L’échec de notre Syli National font la chronique de Débats

Deux événements importants ont marqué l’attention du guinéen en cette début de semaine deux, du mois de juillet 2019.

Le premier est l’élimination prématuré de notre équipe de football, qui participait à la phase finale de la CAN 2019, en sa 29eme édition, organisé en Égypte. Le Syli National a été éliminé par les Fenec d’Algérie par le score de trois(3) buts à zéro.

Le deuxième événement est celui du lancement officiel du baccalauréat session 2018-2019 sur tout l’étendu du territoire de la République de Guinée. Un événement placé sous les auspices de la première Dame de la République, Hadja Djénè Kaba Condé.

Pour parler de la CAN Égypte 2019, l’entraîneur du Syli national a été limogé de ses fonctions, suite à la défaite sanglante, face à une équipe déterminé, dont les joueurs sont engagés à tous mes niveau. Après un parcours décevant en coupe d’Afrique des nations Égypte 2019, Paul put et son staff technique a été remercié ce lundi 15 juillet 2019. Ce, par manque de résultats.  Cette annonce a été faite lors d’un point de presse animé par le président Antonio Concernant la disqualification des U17, le président de la feguifoot a aussi pris certaines décisions. Il s’agit de la suspension de certains responsables jusqu’à ce que le tribunal arbitral du sport rend son verdict dans cette affaire. Voici la liste complète des concernées : Mohamed maleya Camara (sélectionneur de l’équipe u17), Alhassane youla( président de la commission des compétitions ), (Secrétaire particulière du S/G de la feguifoot ) Les deux joueurs concernés (les u17). À rappeler que tous les travaux de commission de la feguifoot qui ont eu lieu seront repris, il y aura également une réorganisation au sein de cette instance dirigeante du football guinéen. Il a aussi été décidé, que seule la direction technique national qui s’en chargera de la mise en place de toutes les équipes exceptée l’équipe senior.

Comme nous vous l’annonçons en introduction, c’est parti pour une semaine le déroulement du baccalauréat session 2019.

Hadja Djènè Kaba Condé lance les épreuves dans la commune de Matam. Les autorités de l’éducation nationale, ont officiellement lancé  lundi 15 juillet 2019 , les épreuves du Baccalauréat Unique session 2019 sur toute l’étendue du territoire nationale. À Matam, c’est le lycée de Coléah qui a servi de cadre au lancement des premières épreuves en présence de la première Dame Hadja Djènè Kaba Condé accompagnés, du ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, Mory Sangaré  et de plusieurs  personnalités de l’éducation. Dans cette commune, ce sont au total 4 448 candidats dont 1 821 filles répartis dans 13 centres font l’examen  pour accéder à l’Universités. Procédant au lancement officiel des épreuves, la première Dame, Hadja Djènè Kaba Condé a prodigué d’utile conseils aux candidats. D’abord, je souhaite à tous les candidats bonne chance et leur dire de donner ceux qu’ils ont appris durant l’année scolaire. Le baccalauréat ne se prépare pas à la veille, ni à une semaine, c’est le long de l’année qu’il faut réviser,  qu’il faut être assidu à l’école.  J’ai confiance en ses enfants et je pense qu’ils vont donner le maximum d’eux même»  a t-elle déclaré. Pour sa part, le ministre de l’éducation Nationale et de l’Alphabétisation, Mory Sangaré, a assuré que toutes les dispositions nécessaire ont été  prises pour empêcher les cas de fraude pendant cet examen, avant de lancer un appel aux surveillants et candidats. «Je leur demande de continuer à renforcer la même vigilance. Parce que si vous avez marquer les deux examens passés, il y a eu beaucoup de sérieux de la part des différents surveillants . Tous les cas de fraude et de substitutions ont été réprimés. Je veux qu’ils continuent sur la même lancée pour le baccalauréat et je lance  également un appel à tous les candidats de compter sur leur propre efforts et de ne pas paniquer face aux épreuves» a t-il martelé . 

Camara Mamadou

Journaliste du site folan.com

Justice en Guinée: Oumar Sylla et Sekou Koundouno totalement librés.

Oumar Sylla dit  « Foniké Manguè» et Sekou Koundouno, tous membres du Front National pour la Défense de la Constitution FNDC qui ont été arrêtés hier par la police et conduits à la Direction de la Police Judiciaire DPJ, viennent de bénéficier d’une liberté totale, sans restrictions de liberté, ni contrôle judiciaire. L’annonce est faite  ce mercredi, 17 juillet 2019 par leur  avocat, Me. Salifou Beavogui  après une longue audition. «Nous avions rendez-vous à la  police judiciaire avec nos deux clients. Nous sommes  arrivés, nous avons trouvé la direction en place  et nous avons été bien reçu par  l’autorité la plus autorisée de la DPJ.La DPJ a accepté que nos clients soient toujours à notre disposition. Ensuite que le véhicule dans lequel M. Oumar Sylla a été interpellé avec des t-shorts et 1 500 000 fg que le véhicule soit restitué. Mais que les t-shorts FNDC restent et que la procédure va continuer dès qu’on aura besoin d’eux , on nous fera appel. Donc, nous avons procédé au décompte des t-shorts, mes clients ont relevés un manquant de 211 t-shorts et le véhicule a été libéré, mes clients sont libérés, ils font rentrer chez eux tranquillement et nous attendons que la police nous rappelle» a t-il souligné.  Poursuivant, Me. Bea a indiqué que le droit a été dit dans cette affaire.« C’est le triomphale de l’État de droit parce que nous avons toujours clamé leur innocence, nous avons toujours dit qu’il n y pas d’infraction parce que toutes les activités qu’ils mènent,  rentrent dans le cadre l’édification d’un État de droit, de démocratie dans notre pays . Je suppose que  chaque Guinéen a le droit de manifester ses opinions par la parole, par les images etc. Si les uns peuvent dire oui, les autres également doivent  dire non, il n y pas de raison que  ceux qui disent oui soient acclamés et ceux qui disent non soient persécutés, pourchassés, menacés par les autorités. Mes clients souhaitent que ces t-shirts leur soient livrés, comme cela a été à Mafèrinyah et à Kindia. Les t-shirts n’ont rien à avoir avec la procédure» a t-il souligné.

Mamadouba Camara

Journaliste du Site lafolan.com

LA GUINÉE: Journée mondiale de la population célébrée en différée en Guinée

La République de Guinée à l’instar des pays du monde a célébré en différé ce vendredi 19 juillet 2019, la journée de la population sous le thème « 25ans après la CIPD, accélérer les promesses ». A cette occasion, le gouvernement Guinéen à travers le ministère de Plan et du Développement Economique, en partenariat avec le Fond des Nations Unies pour la Population a organisé une grande cérémonie pour la célébration cette journée. Cette journée a été mis à profit par le Gouvernement et ses partenaires pour sensibiliser sur comment les choix et les droits ont changé pour les jeunes filles et pour les jeunes femmes depuis l’avènement de la conférence internationale sur la population et le Développement (CIPD) de 1994. Dans son discours de circonstance, Barbara Sow , représentante des Fonds des Nations Unies pour la Population a déclaré qu’en 1994, s’est tenue au Caire la conférence internationale sur la population et le développement connu comme CIPD. « Au cours de cette conférence 179 gouvernements, Etats membres des Nations Unies se sont entendus pour changer fondamentalement l’approche des questions de la population et placer les droits de l’homme y compris les droits pour les femmes à la santé de la reproduction au cœur des efforts visant à améliorer la qualité de vie de tous, comme pré requis à parvenir à une croissance économique et un développement durable. Il y a 25, les dirigeants ont promis de faire progresser la Santé et les droits des femmes et des filles, non seulement parce que c’était opportun de faire, mais aussi parce qu’ils se sont rendus compte de l’égalité du genre, mais aussi une des conditions nécessaires pour le développement durable et les bien être de tous » a-t-elle souligné. Poursuivant Mme. Sow a indiqué que cette journée est un appel à nous tous, d’examiner les objectifs inachevés et de faire tout tenir les promesses faites au Caire. « Pour rappel, ces objectifs articulés dans le programme d’action et adoptés en 1994 se résument en ses grands points : réduire 76%, la mortalité maternelle. Parvenir à équité du genre, de l’accès à ‘éducation et à l’environnement sain pour l’épanouissement de tous les individus. Eliminer toutes formes d’exploitation, d’harcèlement et de violence envers les femmes, les adolescentes et les enfants .Eliminer le mariage d’enfant et la mutilation féminine. Mettre à la disposition de chacun femme et fille une gamme complète de méthode sure et fiable de planification familiale. Assurer la protection sociale des populations vulnérables notamment les enfants, les personnes ayant un handicap et les personnes âgées. L’intégrer la dynamique de la population et des questions de développement au sein du dialogue national régional, mondial avec l’accent particulier sur le vieillissement de la population, la jeunesse, les adolescents, la migration, urbanisation et la durabilité environnementale » a-t-elle indiqué Selon, la Représentante des Fonds des Nations Unies pour la Population, malgré des engagements pris par les Gouvernements au Caire, beaucoup de défis restent à relever dans certains pays notamment en Guinée. « En Guinée, les défis sont aussi réel que les progrès observés durant ces dernières 25 années. En comparant les données de la dernière décennie, nous constatons que le ratio de mortalité maternelle est passé plus 980 à 550 décès pour 100 000 naissances vivantes. La mortalité néonatale a, à peine bougé allant de 33 à 32 décès pour 1000 naissances. Le taux d’accouchement assisté par le personnel qualifié est passé de 43 à 55%. Le nombre moins d’enfant par femme a baissé de 5,1 à 4,8. Le nombre d’enfants par femme et la prévalence contraceptif moderne a doublé en allant de 5% à 11%. Le taux net de scolarisation des femmes en primaire a atteint 69% contre 84% pour les garçons. Le taux net de scolarisation des filles au niveau secondaire, chez les filles n’atteint que 26% contre 40% chez garçon. Des chiffres qui encouragent, mais qui rappellent aussi que les engagements pris n’ont pas été tenu, le ratio de mortalité maternelle devrait être inférieur à 100 décès pour 1 000 naissances vivantes en Guinée, nous sommes 550 » a-t-elle déploré. Pour sa part, Dr, Joseph Kiserbo, le Représentant Résident du système des Nations Unies, se dit conscient des défis qui restent à relever avant d’affirmer l’engagement de son institution à accompagner le Gouvernement Guinéen pour l’amélioration des conditions des populations. « Nous engageons à poursuivre notre appui au Gouvernement pour bâtir l’avenir auquel nous aspirons tous où les obstacles et les disparités sont éliminées, où les droits des femmes et des jeunes, les plus pauvres sont réellement protégés et où finalement toutes les promesses prises sont respectées pour l’atteinte des objectifs développements durable»

Mamadouba Camara Journaliste

du Site www.lefolan.com